histoires d'horreur

CHRIST MARRON

CHRIST MARRON

Porteau et Jos ont demandé une suite. Qu’avait mangé le père dans la première partie, qui apparemment n’était pas non plus resté tranquille ? Voici l’histoire de son point de vue. Merci pour la suggestion de Porteau et Jos.

Lorsque j’ai dû aller à New York pour mon employeur, j’ai pensé que ce serait une bonne idée d’emmener mon fils Robert avec moi. J’ai pensé que ce serait bien, même si j’avais encore des réunions, de passer un peu de temps avec lui. Vous devez savoir que je suis séparée de la mère de Robert depuis des années. C’est ma faute si je l’ai épousée. Une mauvaise idée, tout est de ma faute, je l’admets. Mais je me console en pensant que sinon je n’aurais jamais eu mon fils.

J’aime les hommes et les garçons, ce qui n’a jamais été une objection pour Robert, d’ailleurs. Il a sa propre vie, même si je ne savais pas comment était cette vie à cause de mon travail très prenant. Jusqu’au jour où je suis allé chercher de la mousse à raser, la mienne avait disparu ! Et bien que Robert ne doive se raser qu’une fois tous les deux jours, j’espérais trouver de la mousse à raser dans son placard.
Je n’ai pas pu trouver cela, mais j’ai trouvé des godes, des boules de métal sur un cordon, des préservatifs, du lubrifiant et des poppers. Pour autant qu’il y ait le moindre doute, j’avais, même si c’était inexprimé, une âme sœur en Robert.
Sur notre ordinateur, sous l’onglet “Balles de tennis et bâtons de hockey”, j’ai trouvé une montagne de porno gay féroce. Pas seulement les mecs qui se baisent violemment, mais aussi ceux qui veulent se faire baiser violemment par des mecs plus âgés.
J’espérais lui parler de cela à New York cette semaine-là. Même si c’était par un détour, cela a aussi fonctionné !

Les premiers jours à New York en particulier, j’étais très occupé, mais Adam, ce bel hôtelier serviable, m’a proposé une solution. Il semble que ce garçon ait le nez pour cela. Il y avait un problème de chauffage dans ma chambre et je lui ai demandé d’y jeter un coup d’œil. Il faisait beaucoup trop chaud, même si j’ai beaucoup refusé.
Je ne sais toujours pas s’il l’a fait exprès, mais quand il a fait fonctionner le chauffage, il a mis ce joli cul dans ce costume d’hôtel moulant, si loin que je n’ai pas pu résister à la tentation.
Je me suis mis derrière lui, l’ai saisi par les épaules et lui ai demandé si je pouvais l’aider. Bien sûr, il a dû sentir cette grosse perche dans ses fesses. Sans même s’en étonner, il s’est retourné, a ouvert mon pantalon et a pris ma grosse bite dans sa bouche. Oh, ce type avait ces jolies lèvres légèrement épaisses avec lesquelles il s’est bien baladé sur mon gland. Avec sa langue, il est passé habilement par mon trou d’injection et n’a eu aucun mal à faire descendre ma bite jusqu’au fond de sa gorge.
Pendant ce temps, il me regardait d’un air très excité. Le signal pour qu’il baisse son pantalon d’hôtel serré et lui fasse une belle pipe. En un rien de temps, nous étions en position 69 à nous sucer la bite, et il gémissait aussi très excité.
Non seulement je lui ai sucé la bite, mais j’ai aussi léché son cul serré de temps en temps. Compte tenu de ses gémissements de plus en plus féroces, c’était clairement son point faible. Je lui ai ouvert encore plus ce petit trou. Avec cela, je l’avais préparé pour ma lourde bite. Il faut savoir que ma bite n’est pas très longue, mais d’un autre côté, elle est belle et épaisse. Après l’avoir jeté sur le lit et lui avoir bien frotté le cul avec du lubrifiant, je l’ai pénétré.
Pendant tout ce temps, il avait crié et gémi, mais quand j’ai enfoncé ma (grosse) bite dans la phrase, ça s’est arrêté un moment. Oh mon Dieu, il a crié, tu as une très grosse bite, mais très belle !
Je l’ai tiré un peu plus vers moi au niveau des hanches et je suis allé de plus en plus furieux dans son joli trou d’hôtel. Il a crié et gémi et m’a même supplié de le prendre un peu plus fort. J’ai volontiers accédé à sa demande.
Maintenant, je suis entré sans pitié dans la chatte de ce garçon, et j’ai senti ma bite grossir un peu et mon gland se mettre à battre de plus en plus fort. J’étais juste trop excitée, mais que veux-tu d’un gars aussi sexy ?
Mais j’ai fait une pause. J’ai sorti ma bite de son trou ouvert. Je l’ai ramassé. Puis je suis allé dos au mur, j’ai remis ma bite raide dans son trou pendant qu’il mettait ses bras et ses jambes autour de moi. Encore plus férocement qu’avant, je l’ai baisé dans la chatte de ce gentil garçon.
Ohhh qu’est-ce que c’est beau, il gémissait pendant que je le pénétrais de plus en plus profondément. Ohh oui c’est si bon, il a gémi, viens m’asperger le trou, je suis tellement excité qu’il m’a presque supplié ! D’ailleurs, il l’avait bien senti, parce que ma tête de bite frappait comme un fou dans sa jolie petite chatte. Oh jaaahaaaaa j’ai gémi, je suis prêt, aaagghhaaaaaa j’ai crié, et j’ai jeté toute la graine de Noël de la semaine à venir dans sa chatte de gentil garçon.
Il m’a embrassée violemment et a crié avec stupéfaction, comme tu es sexy, et m’a montré ce regard intensément excité à nouveau. Oh, quel type excité !
C’est chaud

Leave a Reply

Your email address will not be published.